Déclaration du groupe « ENSEMBLE POUR AGIR 2014 »

Déclaration du groupe « ENSEMBLE POUR AGIR 2014 »

Conseil Municipal du 14 Avril 2014

Monsieur le Maire,

Chers collègues,

Mesdames, Messieurs,

 

Je souhaite en premier lieu saluer le geste citoyen de toutes celles et ceux qui se sont déplacés aux urnes (ils ont été 56% à Villerupt). Mes remerciements vont également à toutes les personnes qui se sont engagées sur les diverses listes. Tous ne sont pas autour de cette table mais sont- par leur présence dans l’assemblée ou par la pensée- parmi nous.

Je salue également les acteurs de la précédente assemblée qui ont participé 6  années durant au débat démocratique parfois animé de la commune. Bien entendu, je remercie très chaleureusement les électeurs qui ont accordé leur confiance à la liste « Ensemble pour agir 2014 » que j’ai eu l’immense fierté de conduire.

Le suffrage universel a porté démocratiquement la liste «Solidarité et Dynamisme» aux responsabilités de la ville de Villerupt et depuis une semaine, Monsieur Casoni vous êtes reconduit dans vos fonctions de maire; nous vous adressons nos félicitations républicaines.

Cependant, Il me paraît important pour la suite des débats, de rappeler qu’à l’ issue du scrutin du 30 mars, ce sont plus de 42% des Villeruptiens qui ont exprimé une réelle envie de changement et 133 voix seulement séparent votre liste de la nôtre.

Le bon score de notre groupe, sa progression depuis 2008, nous amène à siéger au sein de cette assemblée avec 6 conseillers et contrairement au mandat passé, la loi nous permet aujourd’hui de prendre part aux débats intercommunaux. Le barrage dont nous avons fait les frais en 2008 n’est plus d’actualité et nous nous en réjouissons.

Villerupt doit pouvoir compter sur toutes les compétences et toutes les volontés pour construire notre ville de demain. Comme nous l’avons montré depuis 2008, c’est l’avenir de notre ville qui nous intéresse avant tout  . Nos concitoyens ont été nombreux à nous faire part de leur volonté de voir Villerupt bouger, se moderniser, s’animer, que Villerupt retrouve la place qu’elle n’aurait jamais dû perdre.

 

Monsieur le Maire, chers collègues,

 

Soyez en certain, notre opposition sera constante et présente. Elle sera constructive à chaque fois que les décisions iront dans le sens du développement et du réveil de notre ville, en cohérence avec le projet que nous avons porté.

Néanmoins, nous serons vigilants à ce que vos promesses et vos engagements ne restent pas vains, comme ce fut le cas par le passé, car les Villeruptiens attendent impatiemment de vrais résultats.

 

Les élus (es) du Groupe« ENSEMBLE POUR AGIR 2014»

Véronique GUILLOTIN – César TULLII – Cathy SARDELLI – Edith ANCIAUX -

Nathalie BECKER – Frédéric DE BERNARDINIS -

Merci aux Villeruptiens

Très chaleureusement et très sincèrement merci, merci aux Villeruptiens qui ont fait confiance à la liste que j’ai eu l’immense plaisir de conduire. Merci à toute l’équipe qui s’est donnée sans compter pendant cette campagne, ils ont été formidables. 42.11 % de la population soit 1 378 Villeruptiens ont dit oui à notre projet, notre équipe mais cela n’a pas suffit pour accéder aux responsabilités et les mettre en application.

Depuis 2008 notre progression est constante, aujourd’hui une petite centaine de voix seulement nous sépare du maire sortant.

6 de mes colistiers sont élus au conseil municipal dont deux au conseil communautaire pour défendre le projet, les idées et les valeurs que nous vous avons fait partager.  Tout au long du mandat à venir, nous continuerons à vous tenir informés du travail effectué au sein des assemblées délibérantes pour nous retrouver plus nombreux, plus forts.

Encore Merci

Avec toute ma sympathie

Véronique GUILLOTIN

SEMIV-VILOGIA

RL  10/08/2013

Urbanisme logements à villerupt

Vilogia : une arrivée et des questions

Le rapprochement entre la Semiv, société d’économie mixte immobilière de Villerupt, et Vilogia, groupe qui gère de nombreux logements sociaux en France, ne fait pas l’unanimité dans la commune. Explications.

Elle était annoncée en séance de conseil municipal en décembre 2012, et elle a eu lieu il y a peu : la signature du protocole de partenariat entre la Ville, via la Semiv (société d’économie mixte immobilière de Villerupt) et Vilogia, acteur majeur de la gestion du logement social en France, devrait désormais selon la majorité permettre de passer la seconde sur ce thème du logement dans la commune.

Un optimisme que tout le monde ne partage pas forcément totalement (lire ci-contre) .

Concrètement cela donne quoi : le groupe privé vient de racheter 200 des 2 000 actions de la Semiv , pour 1,4 million d’euros au total. « La Ville possède malgré tout encore plus de 50 % du capital (un peu moins de 1 100 actions N.D.L.R.) et reste actionnaire majoritaire. Les autresactionnaires sont des privés comme le Crédit agricole, et des entreprises », explique le maire de Villerupt Alain Casoni.

Premier projet commun à Cantebonne

Pour ce dernier, il y avait urgence à agir. «
Quand on est arrivés aux responsabilités en 2008, on s’est interrogés sur les gros projets de requalification et réhabilitation urbaine et sur les problèmes liés à l’immobilier dans la ville. Ici, le nombre de logements sociaux mis sur le marché par les bailleurs sont insuffisants, et on a une réponse insuffisante à apporter aux frontaliers, de plus en plus nombreux malgré la crise, et qui
pour certains avec leurs salaires, ne peuvent accéder à ce type d’appartements ou de maisons. Il fallait construire une réponse sur le locatif et l’accession à la propriété. » Des discussions ont donc été engagées avec Meurthe-et-Moselle habitat (MMH). « On a lancé avec eux la création de la résidence Favaro, soit 36 logements neufs remis à leurs locataires en novembre 2012, et le chantier de 32 logements dans le quartier Riesa, qui va débuter dans les prochaines semaines. La grande barre de ce secteur va bientôt être rasée. Enfin on s’est penché sur la Semiv. » Les organismes de contrôle, comme la mission interministérielle d’inspection du logement social ou la préfecture ontégalement poussé à cela. « On nous a fait comprendre qu’il fallait que cette
société d’économie mixte, avec des réglementations de plus en plus complexes, des travaux sur la sécurité de plus en plus nombreux, ou des entretiens de plus en plus lourds à effectuer, s’adosse à une autre structure.

Le boulot abattu par le président bénévole, Richard Casinelli (égalementadjoint), la vice-présidente, la secrétaire, et l’unique salariée dans l’administratif et la comptabilité est important, mais cette équipe ne pouvait faire plus. »

D’où le rapprochement imaginé avec Vilogia. « De plus, il y aura les 8 400 logements prévus d’ici les 20 prochaines années et liés à l’établissement public d’aménagement (EPA) Alzette-Belval. On annonce aussi 7 000 à 8 000 étudiants sur le territoire, avec l’université Esch-Belval.
Les Luxembourgeois feront leur part, mais on en aura aussi à construire sur Micheville. »

Première collaboration Semiv-Vilogia : l’opération du lieu-dit Bois-Habité, à Cantebonne, soit 13 maisons individuelles qui seront venues à des primo-accédants, et 35 logements collectifs à la location (livraison deuxième semestre 2015).

 

 

 

REACTION de Madame GUILLOTIN: (suite à l ‘article ci dessus )

Monsieur le maire de Villerupt est il sérieux lorsqu’il qualifie le président de  la SEMIV de bénévole alors que ce dernier ne perçoit pas moins de 1  500 euros  d’indemnité mensuelle et 1. 000 euros pour la vice présidente ( par ailleurs  adjoint et conseiller municipal). Une première pour la SEMIV et une décision  approuvée  par le maire et son équipe lors  d’un conseil municipal . les   locataires de la SEMIV apprécieront leur participation annuelle de 30 000 euros  pour des postes qualifiés « de  » bénévole ». C’est dans la poche des locataires  des logement sociaux que ces bénévoles s’indemnisent. Dans  la catégorie  « campagne désinformation  » la phrase de Monsieur le Maire aurait méritée le  premier prix ..

 

Véronique GUILLOTIN

 

Expression du groupe EPA au CM 24 juin 2013 développement commercial

Conseil Municipal 24 Juin 2013

Le projet d’hypermarché « Leclerc » que vous jugiez mal ficelé par vos prédécesseurs et que vous avez repris à votre compte avec la certitude de le voir aboutir, est  un nième échec.

Dès le départ, nous avions la conviction que ce projet ne pouvait pas aboutir au regard de son inadéquation par rapport aux besoins immédiats, urgents et réels des habitants. Nous l’avons
souvent dit, nous l’avons souvent écrit mais n’avons pas été écoutés.

Vous avez pour des raisons électoralistes, fait l’amalgame entre les besoins d’un quartier qui sont de votre propre responsabilité et les besoins d’un territoire intercommunal dont la compétence revient à la communauté de commune.

Si ces besoins coexistent, les réponses à y apporter ne sont pas identiques.

Vous et vos prédécesseurs, ont laissé à penser à la population que leur salut viendrait de l’hypermarché « Leclerc », c’était une erreur.

M. le Maire, votre obstination a fait perdre 4 années supplémentaires à notre ville et à ses habitants. Le développement commercial est au point mort.

 

Aujourd’hui la page est blanche, et nous souhaitons à nouveau faire part de notre position et de nos propositions. Nous identifions clairement 3 niveaux de besoins :

1-    Les besoins de proximité des habitants de Cantebonne.

 

Il est urgent, et ce doit être la priorité, de satisfaire les besoins de proximité qui font toujours défaut aux  habitants de Cantebonne.

 

Le manque de commerces et de services de proximité a pour conséquence de nombreux  départs de la ville  haute, d’une population âgée avec, mais aussi, sans moyen de locomotion. Certains font le choix de rejoindre le centre ville pour ses commerces d’autres par contre, quittent notre commune.

 

C’est au cœur des quartiers et notamment sur la Place Joliot-Curie qu’il convient de localiser petits commerces et services. D’autres secteurs de notre ville méritent aussi une attention particulière.

 

2-   Les besoins manquants à Villerupt et les communes environnantes.

 

Il est également nécessaire de faire face aux besoins manquants sur l’ensemble de la ville, dans le domaine alimentaire et non alimentaire, dans le domaine des services(équipement de la
maison, vêtements, bricolage, jouets..) et de les localiser préférentiellement sur la Zone d’Activité à l’entrée de la ville haute.

 

Il convient de conforter l’unité de notre commune en reliant le haut et le bas de la ville par des transports de type navette réguliers et fréquents.

 

 

3-    Un projet ambitieux à moyen terme d’intérêt intercommunal et transfrontalier.

 

A moyen terme, pour faire face aux enjeux futurs, un équipement commercial ambitieux à vocation intercommunale et transfrontalière s’imposera sur le bas de la ville au cœur d’un espace situé entre  d’Audun-le-Tiche, Russange et Villerupt. L’ intercommunalité doit ici prendre toute sa place et vous avez un rôle à y jouer en tant que vice président de la CCPHVA et président de la commission développement économique.

 

Voilà la vision du développement économique et commercial telle que nous la défendons depuis toutes ces années avec une vision à court et moyen terme en prenant compte l’équilibre entre les quartiers, la ville et l’intercommunalité.

 

Nous souhaitons que cette motion soit insérée au Procès Verbal  du conseil municipal

 

Nous ne voterons pas votre proposition

 

Groupe Municipal d’opposition « Ensemble pour Agir » : Mme Véronique Guillotin, Mme Edith Anciaux et M. Bruno Guillotin augmenté de M. Joseph Sarnari.

 

 

 

 

MOSAIQUE JUIN 2013

Retour sur le Conseil Municipal du 11 Avril 2013. Budget 2013

 

Le dernier budget de l’inefficacité

Il n’est pas nécessaire de sortir d’une « grande école » pour se rendre compte, que le compte, justement, n’y est pas: vente du patrimoine communal à prix réduit, promesses non abouties (dojo et réhabilitation de la salle Roux), chantiers repoussés, emprunts nouveaux contractés chaque année dont on ignore ce à quoi ils vont bien pouvoir servir, une hausse des impôts etc. etc.  Avec ces recettes exceptionnelles, quels investissements,  économique ou d’urbanisme, productifs  de richesses et de ressources nouvelles ont été  réalisés ? … AUCUN !

Pourtant, à nos portes,  d’autres communes, plus petites ou plus importantes, de même sensibilité politique ou de sensibilités politiques différentes (voir Thil, Russange, Audun-le Tiche,Longwy..), soumises aux mêmes décisions nationales, se développent. Les chiffres du dernier recensement sont implacables, ils marquent à nouveau pour Villerupt une perte de plusieurs centaines d’habitants alors que les communes voisines regagnent de la population.

Et malgré ce constat affligeant, la  majorité actuelle persiste et signe en proposant un budget dans la continuité alors que la ville a besoin de nouveauté, d’audace,
d’imagination et d’investissement.

La gestion est pour le moins frileuse : Villerupt consacre 126 € d’investissement par habitants contre  563 € pour les communes de la même strate. Quand 4 500 000 € d’investissement sont inscrits au budget prévisionnel 2012, seulement 1 230 000 € sont réalisés soit un taux d’exécution de 27%. Ceci traduit des prévisions en total décalage avec la réalité. L’équipe en place annonce des projets qu’elle ne réalise pas. 2013 ne sera pas l’année de la métamorphose.

 

Nous avons bien entendu voté « contre » ce dernier budget.

Mais pendant  que notre groupe « Ensemble Pour Agir » s’élève contre ce schéma municipal qui fait régresser notre commune, il défend une politique scolaire ambitieuse qui passera par la construction d’un bâtiment scolaire neuf, il prône un traitement égalitaire de toutes les associations…
Nous nous étonnons de constater que le groupe socialiste a voté « pour » ce budget sans mot dire et n’hésite pas à le critiquer par ailleurs !

 

Face à ses échecs, Monsieur Le Maire esquive sa propre responsabilité en trouvant à chaque fois un bouc émissaire: tantôt l’État en pointant du doigt le gel des dotations sous l’ancien gouvernement et la baisse importante, programmée des dotations sous le gouvernement socialiste actuel à qui il a fait la courte échelle, encore l’État quand le projet d’hôpital médico-gériatrique échoue, tantôt les commerçants ou l’opposition lorsque le projet Leclerc est rejeté en Conseil d’État.
Le retard dans l’avancée du dojo et dans la réhabilitation de la salle Roux c’est probablement de la responsabilité de la fée Carabosse. Qui peut encore se laisser bercer par ces incantations ?

Une chose est sûre, le changement à Villerupt ce n’est pas pour maintenant. Patience !

Notre combat continue et n’est pas prêt de s’achever dans l’intérêt des villeruptiens et d’une ville que nous aimons.

 
GUILLOTIN Véronique responsable du groupe « Ensemble pour Agir »,

ANCIAUX Edith et GUILLOTIN Bruno

Rendez-vous sur le blog : http//www.ensemblepouragir.unblog.fr

Conseil Municipal Avril 2013

Compte administratif 2012 de la commune: l’analyse des faits révèle un budget  ou la communication se substitue aux réalisations  concrètes…

 

Penchons nous sur le compte administratif pour lequel vous semblez vous réjouir de l’amélioration de certains ratios, mais, pour autant, la situation financière reste fragile : la dégradation de l’épargne nette passe de 270 000 Euros en 2011 à 87 000 Euros en 2012. Ceci est la conséquence d’une augmentation plus rapide des dépenses que des recettes.

 

Les solutions qui s’imposent sont une augmentation des recettes associée à une plus grande maitrise des dépenses.

Côté recettes, le gouvernement actuel nous promet un gel dans un premier temps puis une baisse des dotations de l’état, la solution ne réside pas non plus dans une augmentation des taux d’imposition déjà élevés.

Alors que nous reste t’il ? L’ATTRACTIVITÉ, donner envie à de nouveaux habitants de venir s’installer à Villerupt. Et là est l’échec majeur de  votre mandat, puisque votre équipe  n’a pas su relever le défi essentiel de l’attractivité, alors que notre commune possède de nombreux atouts ( géographique, culturel, associatif..). Vos choix, votre politique, parfois votre obstination ont fait échouer des projets majeurs dont celui du développement commercial, économique et par rapport à 2008 on s’éloigne encore du seuil de 10 000 habitants qui nous permettrait d’augmenter nos recettes, alors que les communes extérieures et la Lorraine en général enregistrent une hausse de la population.

 

Les dépenses de fonctionnement sont contenues mais l’analyse met en évidence des pistes d’amélioration possible. Nos dépenses de personnel représentent 58 % des dépenses réelles de fonctionnement, supérieures à la moyenne nationale qui ce traduit par une équipe administrative solide et compétente. Alors pourquoi faire le choix de prester des missions que nous assumions auparavant ? Prenons l’exemple de la réalisation de la revue municipale « La  Mosaïque » et l’ensemble des prestations d’écriture déléguée   à Monsieur AMICABILE d’ANAGRAM pour la modeste somme de 24 000 Euros. La qualité n’y est plus, (en effet la revue municipale est  devenue une revue de presse du RL, avec de nombreuses erreurs et sans âme). C’est pour le moins du gaspillage d’argent public, un manque de respect du travail de nos agents, ou peut être que le spectre des élections à venir a participé à ce choix non judicieux pour l’intérêt général ?

 

Mais le plus grave et je pèse mes mots c’est bien le budget d’investissement qui comme chaque année depuis 5 ans est en décalage profond avec le  vote du Budget Primitif. Quelques chiffres pour concrétiser nos propos : les dépenses d’équipement réalisées s’élèvent à 1 213 000 euros contre 4 506 000 euros soit un taux d’exécution de 27%.

Vous gelez les projets et pénalisez le développement et la transformation de notre commune.

 

Les cessions des immeubles ces dernières années n’ont pas apporté les plus values que l’on était en droit d’attendre. Les Villeruptiens paient  aujourd’hui la gestion désastreuse du patrimoine
communal depuis une trentaine d’années,  dont vous êtes avec vos prédécesseurs co-responsables. Au final,  la peine est triple pour les Villeruptiens, car en plus de cette vente au rabais , nous sommes  privés des recettes des loyers, et le plus grave c’est qu’aucun équipement public nouveau n’est venu moderniser notre paysage comme par exemple un pôle scolaire et extra scolaire.

 

Et pendant ce temps, le poste « Etudes, audits, diagnostics» a littéralement explosé avec un coût plus de 100 000 euros dépensés en 5 ans et cerise sur le gâteau vous prévoyez encore à ce compte 120 000 euros sur le budget 2013.

 

Des études doivent naitre des réalisations, mais ne doivent  pas servir à faire des annonces, des promesses, ou être un écran de fumée. Sur les différents comptes administratifs de nombreuses opérations de désenfumage sont mandatées mais les plus enfumés sont bien nos concitoyens bercés  de promesses, d’annonces et d’illusions pour masquer au réel, une gestion qui veut se draper de prudence, alors qu’elle témoigne en fait d’un manque d’ambition.

 

 

BUDGET PRIMITIF 2013 de la commune : Un budget dans la continuité, sans ambition que l’on considère comme non sincère.

 

 

Concernant la section de fonctionnement, l’effet ciseau s’accentue. En effet les dépenses augmentent plus que les recettes (de +0,86% et les recettes de +0,31%), ce qui fait ressortir une épargne nette négative de 99 500 Euros.

 

Le budget d’investissement traduit  des promesses non tenues :

La réhabilitation de la salle Roux et la construction du dojo  sont encore reportées au BP 2014 alors qu’il s’agissait d’une promesse électorale et que rien n’explique cette reculade

 

Le budget d’investissement immobilise inutilement des crédits à hauteur de  1 Million d’Euros pour inscrire à nouveau L’aire d’accueil des gens du voyage qui ne sera encore sans doute pas réalisée

 

Vous évoquiez également dans le DOB des recettes attendues des cessions de terrain « bois habité » et « fosse au chaufour » pour un total de 1373 000 Euros,  pourquoi n’apparaissent
elles  pas au BP ?

Enfin ce budget qui ne laisse pas entrevoir la concrétisation d’un  projet structurant d’avenir. On le regrette d’autant plus que vous n’utilisez pas pleinement la capacité d’investissement
de la commune.

 

Ce Budget ne nous convainc pas, n’’est pas à la hauteur des attentes de nos concitoyens,

 

Nous voterons CONTRE

Mosaique N° 13

Un DOB (Débat d’Orientation Budgétaire)  frileux,  qui manque d’ambition et qui ne fait pas rêver.

Nous nous sommes prononcés sur le dernier DOB du mandat que vous nous avez confié.

Force est de constater, hélas,  qu’une double peine nous est infligée : malgré la vente bradée d’un important patrimoine estimé 1 million d’euros et constitué depuis plus  d’un demi-siècle par nos aînés,  malgré les nombreux emprunts successifs contractés depuis 2008 pour un total de 3 Millions 300 000 euros nous attendons encore  et toujours des actions fortes
dans le domaine des investissements ce à quoi en toute logique, tout cet argent collecté aurait dû être destiné.

Les taxes locales n’augmenteront pas en 2013, j’aurais tendance à dire heureusement. Les villeruptiens ont déjà subi une hausse de 7% en 2007 et de 6% en 2009 des taux des impôts locaux
dans une commune qui se situe encore dans le TOP 5 des communes Meurthe et Mosellanes détenant les plus hauts taux d’imposition.

 

Les dotations d’état en baisse ne doivent pas être l’arbre qui cache la forêt

Il devient  habituel et lassant d’entendre encore et toujours, le maire qui a fait la courte échelle au gouvernement en place, ressasser la baisse des dotations de l’état. C’est un fait pour toutes les communes de France et pourtant certaines s’en sortent bien mieux  que nous. Soyez en sûr les dotations d’état baisseront encore dans les années à venir, le nouveau président de la République nous l’a déjà promis. C’est cela le changement !

 

Où sont les investissements structurants pour 2013 ?

Le seul projet structurant inscrit dans le DOB concerne la réhabilitation de la salle Roux et la réalisation d’un dojo neuf dans le courant du 4ème trimestre 2013. Dieu Merci pour les sportifs, il n’y aura pas de 5ème trimestre en cette année 2013 ce qui aurait pu permettre de retarder encore et toujours ce projet promis depuis plus de quinze ans, initié en 2007 et maintes fois reporté.

 

Manque d’attractivité de notre ville : la résultante des décisions de la majorité municipale.

Les derniers recensements ont confirmé, quand toutes les communes du secteur gagnent de nouveaux habitants, que Villerupt est la seule ville qui continue à perdre de la population.

Les politiques successivement menées depuis de nombreuses années par les équipes municipales qui se sont succédées y sont sûrement pour quelque chose.

 

Toujours force de propositions

Bien que nous soyons exclus du bureau municipal, nous aurions aimé  constater dans ce DOB les prémices d’une prise en compte d’une de  nos propositions porteuse de renouveau, entre autres, la construction d’une école neuve, d’une maison de santé pluridisciplinaires, la réhabilitation de  la place Joliot-Curie… et ce, en étant la locomotive  de ces  projets sans attendre  indéfiniment le passage d’un train pour s’accrocher au dernier wagon. Des trains qui pourraient se nommer «  OIN,EPA, GECT, MMH, Alpha Santé, Plan État-Région… »

 

Des socialistes muets et pour cause…

Après le matraquage fiscal subi par tous et les  avancées à tâtons du nouveau gouvernement, nous constatons que l’équipe socialiste villeruptienne fait profil bas et reste muette sur le DOB. Une attitude qui traduit un manque d’implication dans les affaires municipales ou tout simplement une majorité silencieuse. À suivre…

 

Zone de Développement Éolien

Dans l’intérêt de la population de Cantebonne et afin de préserver l’aspect paysager de l’entrée de notre territoire,  nous sommes fermement opposés au projet de développement éolien qui prévoit l’implantation d’éoliennes à proximité des habitations et de l’ancien projet commercial « Leclerc ».

GUILLOTIN Véronique responsable du groupe « Ensemble pour Agir », ANCIAUX Edith , GUILLOTIN Bruno

Rendez- vous sur le blog : http//www.ensemblepouragir.unblog.fr

conseil municipal de villerupt

RL 06/02/2013

Les élus villeruptiens se sont penchés sur le projet de zone de développement éolien porté par la com’com du Pays Audunois. L’assemblée s’est prononcée en défaveur de la partie qui touchera le plateau de Bréhain et Cantebonne.

Projet de ZDE : les élus ont rendu un avis défavorable en conseil municipal.

Voilà un projet de développement éolien qui divise dans le Pays-Haut. Surtout les élus duconseil municipal villeruptien qui devaient se prononcer lundi soir sur le sujet.

 Explications.

1- Le projet

La communauté de communes du Pays Audunois et la commune de Tiercelet ont transmis il y a quelques mois à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dréal), une proposition de zone de développement éolien. Celle-ci est constituée de deux secteurs. Le premier concerne les communes de Bréhain-la-Ville, Tiercelet, tandis que le second touchera Audun-le-Roman, Beuvillers et Sancy. Une société d’économie mixte, la Sodeger a été créée en 2011 pour porter le projet. Le dossier est actuellement en cours d’instruction et l’une des phases est la consultation des territoires limitrophes, comme la Ville de Villerupt qui doit se prononcer avant le 21 février prochain. Sept éoliennes devraient être implantées sur le plateau de Bréhain.

2- La situation

Une réunion publique a été programmée le 25 janvier à Villerupt, afin de donner la parole aux différents acteurs. Si Daniel Matergia, président de la communauté de communes du Pays Audunois a défendu bec et ongles ce projet, l’association de défense de l’environnement à Tiercelet (Adet 54) a vivement exprimé son opposition, estimant que les éoliennes seraient trop proches des habitations et en insistant sur le manque des informations données à la population. L’association a également évoqué les nuisances sonores, l’impact négatif sur le paysage, la dévalorisation des habitations et les dangers possibles sur la santé. À noter, que voyant la tension monter au sein de la population, la Ville de Tiercelet s’est purement et simplement retirée du projet.

À l’issue de cette réunion publique, Alain Casoni, maire- conseiller général de Villerupt et sa majorité avaient décidé de donner un avis favorable au projet sous réserve de porter la distance minimale des éoliennes à 1 km du ban communal.

3- Le temps de la réflexion ?

Visiblement le week-end aura porté conseil et l’opposition des habitants de Cantebonne au dossier aussi… puisqu’une délibération corrigée a été présentée sur table, lundi soir lors de

l’assemblée des élus. Richard Casinelli, adjoint délégué au développement durable a présenté la nouvelle version qui émet « un avis défavorable sur le secteur 1 (Bréhain-la-ville/Tiercelet) du projet de zone de développement éolien, porté par la Sodeger ».

4- Les réactions de l’opposition

• Christiane Witwicki, l’ancienne maire de Villerupt et porte-parole du groupe Pour un développement solidaire et durable a d’abord reproché à Alain Casoni de trouver cette délibération sur table « alors qu’elle aurait pu être envoyée par mail ». Et a ensuite avoué : « Nous ne sommes pas contre le développement éolien, mais ce projet nous laisse perplexes. Certes, cette ZDE n’est pas située sur le territoire de notre ville, les implantations sont prévues aujourd’hui à 1 000 mètres, les promoteurs partent d’un bon sentiment écologique, mais pourquoi venir sacrifier, par un quadrillage en règle, ce triangle situé entre Bréhain-la-Cour, Tiercelet et Cantebonne avec 7 éoliennes d’une hauteur d’une demi Tour Eiffel chacune !

Notre intérêt général ne coïncide pas avec leurs intérêts. Pourquoi venir plomber un plateau qui ne demande qu’à être une véritable vitrine commerciale le long de la RN 52. » L’élue et ses collègues ont voté contre ce projet de ZDE et pour la délibération présentée.

• Véronique Guillotin du groupe Ensemble pour agir s’est dite « satisfaite que la délibération ait été modifiée. Toutefois, nous aurions préféré que l’avis soit plus tranché et que les choses soient claires. La Dréal demande qu’on donne notre avis sur un projet et pas uniquement sur un secteur ». Bruno Guillotin a rappelé que son groupe « n’était pas hostile au développement éolien qui est une réponse aux problèmes énergétiques posés dans ce pays. Mais nous devons avoir une position plus claire car si le promoteur décide de déplacer un ou deux mats, on risque de se retrouver avec un secteur différent ». Véronique Guillotin a insisté sur l’importance de délibérer « pour défendre les intérêts du plateau de Cantebonne ».

5- Ce qu’en dit la majorité

Alain Casoni a justifié la présence de cette délib’posée sur table en début de conseil : « Entretemps, il y a eu des évolutions dont nous avions à tenir compte. Le débat a lieu ce soir. » S’adressant à Véronique Guillotin, le maire a campé sur ses positions, estimant que « la délibération est particulièrement claire. Le rapport présente deux secteurs dont un qui nous concerne directement. Au nom de quoi, on se prononcerait sur la partie qui ne nous concerne pas ? (NDLR : Boulange, Ottange, Sancy, Malavillers…) Par rapport au secteur 1, nous émettons un avis défavorable, on ne peut pas être plus clair que cela. Si on suivait votre raisonnement, la posture de Villerupt serait affaiblie. Vous n’optez que pour des décisions très politiques qui ne servent qu’à vous faire mousser. C’est le préfet qui devra donner suite à cette consultation ».

Un DOB et deux visions

« Personne n’a à gagner en dévalorisant en permanence l’image de la ville », a déclaré Alain Casoni.

Autre point chaud de ce conseil municipal : le Débat d’orientation budgétaire (DOB). Un exercice où les mots sont souvent durs, les réactions épidermiques et où majorité et oppositionne se font aucune concession.

Ligne de conduite

. « Ce DOB s’inscrit dans un contexte économique encore plus difficile et devra permettre, par une gestion toujours aussi rigoureuse, de poursuivre l’action entreprise depuis notre arrivée en responsabilité », a introduit Alain Casoni, maire et conseiller général de Villerupt, avant de détailler les objectifs 2013 : maîtriser les dépenses de fonctionnement, veiller à la qualité du service à rendre à la population, maîtriser l’endettement de la Ville, maintenir l’effort fiscal en n’augmentant pas les trois taux, continuer à soutenir les usagers, comme le développement de la Ville. L’élu a ensuite passé la parole à Martine Chillotti, adjointe aux finances qui a effectué un point chiffré sur 2012 et les prévisions 2013.

Les projets 2013

. Voici les pistes de travail de la majorité en 2013 : réhabilitation de la salle Roux, accompagnement de l’étude sur la future salle de spectacles, prolonger les efforts de mutualisation avec Thil, assurer le suivi du projet d’Ehpad, travaux dans les groupes scolaires, application de la réforme des rythmes scolaires, traversée de la ville axe Thil-Villerupt- Micheville, lotissement la Fosse au Chauffour, construction de logements avec MMH, entretien de la voirie, faire reconnaître une vocation intercommunale à certains équipements municipaux, construire à l’échelle de la ville, de la com’com, une réponse aux besoins de commerces sur Villerupt et le territoire.

Echec.

Joseph Sarnari, élu de l’opposition, n’a pu tirer qu’un « constat d’échec, à la lecture de ce DOB. Vous vous félicitez de l’amélioration des ratios, mais il ne faut pas oublier qu’elle s’est opérée grâce à une importante cession de patrimoine que vous n’aurez pas indéfiniment. » Le conseiller a regretté qu’il n’y ait eu « aucune création nouvelle. Villerupt reste une ville morte, heureusement que nous avons le festival. Vous avez écrit un projet de ville, mais vous n’avez pas agi. Deux projets majeurs n’ont pas été menés à terme. Est-ce dû à trop de politique, à l’immobilisme, à la mauvaise image de la ville, à une question de volonté ?

Prenons en exemple nos voisins mosellans, comme Thionville, Amnéville ou Audun-le-Tiche ! »

Rêve.

Pour Véronique Guillotin et les membres d’Ensemble pour agir, « il devient habituel et lassant de vous entendre ressasser la baisse des dotations de l’État, ce qui est un fait pour toutes les communes de France. Certaines s’en sortent mieux que nous. En ce qui concerne 2013, le seul projet structurant concerne la réhabilitation de la salle Roux et la réalisation d’un dojo. Heureusement, il n’y aura pas de 5e trimestre en 2013, ce qui aurait pu vous permettre de retarder ce projet promis depuis plus de quinze ans, initié en 2007 et maintes fois reporté. Les derniers recensements ont confirmé que Villerupt est la seule ville qui continue à perdre de la population. Les politiques successivement menées depuis de nombreuses années y sont sûrement pour quelque chose. Ce DOB qui vante l’amélioration des ratios, reste frileux, manque d’ambition et ne fait pas rêver. »

Attractivité.

Le maire Alain Casoni a pris la parole « après ce tableau effrayant de la ville !

Personne n’a à gagner en dévalorisant en permanence l’image de la ville. Rien, ne peut justifier ce genre de propos. Nous n’avons pas à rougir des investissements qui sont réalisés et qui permettent d’améliorer l’attractivité de la ville. Villerupt est accueillante, les choses bougent, évoluent. » L’élu est revenu sur le projet d’hôpital médico-gériatrique, « remis en cause par l’ARS. Vous avez peut-être des explications à ce sujet ? ». Et d’ajouter au sujet de la zone commerciale : « Pourquoi ce projet a-t-il été validé à plusieurs reprises et remis en cause par le Conseil d’État ? Il faut une sacrée dose de malhonnêteté pour accuser les élus de la ville. » Concernant les résultats du dernier recensement, Alain Casoni reproche à Véronique Guillotin sa vision partisane : « Ne pas voir que la perte d’une centaine d’habitants est due à la réhabilitation des blocs Riesa, c’est refuser de voir la réalité en face ! » Le maire a conclu sur les futures échéances électorales, qui motivent les déclarations de l’opposition. « C’est dommage que vous en soyez réduit à ce type d’expédients », a-t-il lancé. « Si je siège à ce conseil municipal, c’est parce que je crois en Villerupt et je pense que les choses sont possibles , a rétorqué Véronique Guillotin. Bien sûr que nous serons là en 2014 pour défendre nos idées. »

En silence

Le groupe de l’ancienne maire de Villerupt, Christiane Witwicki ne s’est pas prononcé sur le DOB. Une attitude qui a surpris l’équipe de Véronique Guillotin qui a parlé d’opposition silencieuse. « Pas du tout, a rétorqué Christiane Witwicki. Quand nous avons quelque chose à dire, on le dit. » Il semblerait que sur ce coup-là, le DOB de la majorité les ait laissés bouche bée.

Quid du crassier ?

Les élus ont décidé de retenir la société Scoriest pour la réhabilitation du site d’Aubrives. « Il est nécessaire de terrasser le site , a rappelé Richard Casinelli, adjoint au développement durable. Lors du chantier, des merlons anti-bruit seront dressés pour éviter des désagréments aux riverains. La société utilisera des concasseurs mobiles de faible puissance et au niveau des camions, il ne devrait pas y en avoir plus d’un passage par heure. Il sera question d’organiser une réunion avec les riverains pour leur présenter le chantier. »

Richard Casinelli, adjoint au développement durable est revenu sur les préconisations de l’État français en matière d’éoliennes. « En France, elles doivent se trouver à plus de 500 mètres des habitations, alors que dans les pays nordiques, comme la Norvège, les normes sont plus sévères, on parle de 2 km. Dans un domaine, où pour l’instant, nous n’avons pas de recul, il est préférable de prendre des précautions. Aujourd’hui, on est incapable de dire ce que sera un projet de zone éolienne dans vingt ans. »

 

Historique des réactions du groupe EPA concernant le Leclerc

Tract  mars 2008      campagne électorale des élections  municipales

Octobre – novembre 2008                    Mosaïque  n°1   revue municipale

Projet « LECLERC» rejeté par la C.N.E.C (Commission nationale d’équipement commercial)

La conclusion de la C.N.E.C est implacable: « Surface de vente trop grande, projet non compatible avec les dispositions de la loi du 27 décembre 1973 », Rappelez-vous les promesses de campagne de M. le Maire: « NOUS PRENONS L’ ENGAGEMENT DE REUSSIR». Une promesse NON TENUE! Une INCAPACITE à présenter un nouveau projet susceptible d’aboutir. Quel dossier M. Le Maire a-t-il défendu à Paris le 21 Juillet 2008 ? Le même dossier qui a subi par deux fois un rejet de la C.N.E.C ? Nous nous interrogeons et attendons des réponses.

RL du mercredi 04 Février 2009     suite au Conseil Municipal du 2 février 2009

Le groupe Ensemble pour agir représentée par Véronique Guillotin a réagi tout de go, « nous sommes conscients de l’importance du développement des services sur le haut de la ville, mais nous souhaiterions alerter sur les conséquences de l’implantation de cette zone sur un site décentralisé. Notre groupe a été mis devant le fait accompli, une fois de plus il n’y a pas eu de concertation sur ce projet. » L’occasion pour Christiane Witwicki d’apprécier que la majorité se soit « ralliée à ce projet. Mais n’oublions pas pour autant le centre ville ! »

RL du 29 Novembre 2009        suite au recours du préfet

Manque de cohérence

Véronique Guillotin du groupe Ensemble pour agir estime que « nous n’avons pas à nous positionner sur la décision de la préfecture. Il faut lui laisser cette liberté de recours. […] Ne connaissant pas exactement quelles sont ses motivations, je peux simplement dire qu’il faut en prendre acte, les analyser et surtout ne pas les occulter pour foncer tête baissée dans ce projet. » Revenant sur l’avis défavorable émis par le commissaire-enquêteur au sujet de la révision du Plan d’occupation des sols, Véronique Guillotin pense que cela n’est pas anodin. « Cela veut bien dire que le projet n’est pas clair, pour nous il s’agit plutôt d’un projet d’agglomération. Et il manque une cohérence territoriale. »

L’élue de l’opposition ajoute : « l’opération d’intérêt national est une chance, il faut nous concentrer là-dessus et surtout ne pas faire l’amalgame entre un projet intercommunal et le commerce de proximité. Il faudrait déjà se pencher sur le manque de services dans la ville. »

RL du 09 Décembre 2009                         suite au Conseil Municipal  du 7 décembre 2009

L’opposition, par la voixde Joseph Sarnari, a profité de l’occasion pour égratigner le dossier. « Où est la notion d’équilibre là-dedans, au regard de l’implantation à Aumetz et de ce qui existe à Audun-le-Tiche ? Ces deux communes sont contre l’implantation du Leclerc. Ne faudrait-il pas plutôt privilégier le commerce de proximité sur cette zone ? Et faut-il s’obstiner quand il y a eu trois recours ? »

Décembre 2009        Mosaïque  N°4  revue municipale

Projet de zone commerciale

Nous sommes persuadés de la nécessité de développer commerces, services et animations sur le haut de la ville, toutefois le projet porté par la SARL VILDIS et CANTEBONNE nous semble surdimensionné au regard de la cohérence territoriale et du risque de désertification du centre-ville et de son attractivité.

RL du 28 Février 2010        suite à l’avis favorable de la CNAC (commission nationale d’aménagement commercial) 

Intérêt électoraliste

Véronique Guillotin et les membres du groupe Ensemble pour agir ont pris acte de la décision de la CNAC. « Je comprends la satisfaction d’une partie de la population, notamment celle habitant à Cantebonne, de voir ce projet en bonne voie d’aboutir. J’ai déjà manifesté à plusieurs reprises la position de mon groupe à ce sujet et je resterai vigilante quant à l’impact de ce projet sur le
développement économique, commercial de notre ville et par voie de conséquence son animation. » L’élue insiste sur « l’équilibre commercial entre le haut et le bas de la ville qui est une priorité. Je regrette avant tout que l’intérêt électoraliste ait pris le pas sur une réflexion qui manque de hauteur dans l’intérêt de notre ville et de notre territoire. »

Mars 2010        Mosaïque   N°5   revue municipale

Si cette OIN est une vraie chance, encore faut-il que la municipalité anticipe et accompagne avec volontarisme cette mutation. Notre ville doit prendre le pari de l’attractivité à travers des services renforcés, une politique urbaine de qualité,

Une activité commerciale dynamique et équilibrée, le respect de l’environnement, une ville animée qui véhicule une image positive projet qui aurait toutes les chances d’aboutir. Mais plutôt que de se ranger du côté de la raison, les élus de la Majorité s’obstinent et font fi de tous les avis (refus de la CDEC et CNEC, projet en contradiction avec l’enquête ISERCO, avis défavorable de la Directive Territoriale d’Aménagement des bassins houillers Nord Lorraine (22/10/09), des personnes publiques (25/8/09) et du commissaire enquêteur (28/10/09)). Ils portent la responsabilité d’un dossier mal géré, qui pénalise les habitants, et fait prendre du retard à notre ville.

Tract 20 décembre 2011

 

2. PROJET « LECLERC» RETARDÉ

 

Aux dernières nouvelles, un recours gagné par la concurrence retarde ce projet. Nous tenons à redire ce que nous avons toujours évoqué en matière de développement commercial:

- Nous devons tout mettre en œuvre pour respecter un équilibre des commerces de proximité et des services entre le centre-ville et le plateau de Cantebonne.

- Nous sommes pour développer à Cantebonne un projet commercial, en superficie adapté à la réalité villeruptienne.

- Nous sommes pour un projet évitant la consommation exagérée d’espaces agricoles, comme le préconisent les directives du grenelle 1 et 2 de l’environnement. Notre ville doit être exemplaire en termes de développement durable, de respect de l’environnement et rester ainsi en cohérence avec le label écocité.

- Dès 2008, nous avons proposé l’urbanisation de la place Joliot Curie  favorisant l’implantation de commerces et de services. Ce projet dynamiserait le coeur de Cantebonne et apporterait une
solution de taille humaine à ses habitants.

Nous sommes très favorables à une reconquête des friches industrielles en zone d’activité commerciale d’envergure intercommunale. Au carrefour d’Esch sur Alzette, de villerupt et d’Audun, à proximité de la future voie de contournement, un site idéal.

 

NOUS PROPOSONS UN PROJET COHÉRENT ET EQUILIBRÉ, QUI REPOND AUX BESOINS DE PROXIMITÉ ET EGALEMENT AUX BESOINS D’UN TERRITOIRE INTERCOMMUNAL. UN PROJET ECO- RESPONSABLE QUI VA BIEN AU DELA DE SEULE IMPLANTATION D’UN HYPERMARCHE. POUR CELA LESTRANSPORTS SONT PRIMORDIAUX ET NOUS DEMANDONS AU MAIRE DE METTRE TOUT EN. OEUVRE POUR BÂTIR UN RÉSEAU DE TRANSPORT EN COMMUN ADAPTÉ A l’ENSEMBLE DE LA POPUATION, JEUNES ET MOINS JEUNES QUI SOUHAITENT ACCÉDER AUX EQUIPEMENTS DU TERRITOIRE.

RL du 20/01/2013

Equilibrer l’offre

« C’est un immense gâchis ! Encore cinq ans de perdus ! , s’exclame Véronique Guillotin du groupe Ensemble pour agir.

Je mesure la déception des gens. Mais à plusieurs reprises, nous avions tiré la sonnette d’alarme, le maire ne nous a pas écoutés. On ne peut pas toujours dire que c’est la faute à pas de chance.

Nous nous sommes replongés dans l’étude Iserco qui disait qu’il fallait diversifier l’offre commerciale et que le haut de la ville avait besoin d’une surface commerciale, mais pas d’une aussi grande. Cette étude n’a pas été prise en compte. Le projet aurait dû être mené sur les friches.

Il y a un grand besoin d’équilibrer l’offre commerciale et s’occuper du haut de la ville qui doit être doté d’un circuit de transport, de commerces, de services. Il n’y a même pas de distribank à Cantebonne, on ne va pas attendre un Leclerc pour ça ! Et puis il y a la place Joliot-Curie à réorganiser. »

Véronique Guillotin va plus loin et estime que la zone commerciale aurait dû être portée « par l’intercommunalité, dont l’une des premières compétences est le développement économique. »

 

Zone commerciale : retour à la case départ

 

économie – le projet de villerupt-cantebonne retoqué         RL du 12/01/2013

 

 

Le Conseil d’Etat a annulé la décision de la CNAC qui validait la construction d’une zone commerciale à Villerupt-Cantebonne.

 

On ne pourra pas dire que l’année 2013 débute sous les meilleurs auspices à Villerupt. Le Conseil d’Etat a décidé de retoquer la décision de la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC), qui avait validé le projet de zone commerciale à Villerupt-Cantebonne, en février 2012.

Autant dire que la nouvelle a fait l’effet d’une bombe puisque ni le maire et conseiller général Alain Casoni, ni le porteur du projet Serge Febvre n’étaient au courant. « Nous savions que le Conseil d’Etat devait analyser un recours en décembre, assure le maire de Villerupt. J’avais demandé à mes services d’être vigilants et de m’informer dès que l’information tomberait.

Mais nous n’avons rien eu, vous me l’apprenez… Cette décision est difficilement compréhensible. Ce sont pratiquement 200 emplois qui tombent à l’eau, alors que le secteur en a bien besoin. » La zone commerciale de 11 700 m² devait être composée d’un hypermarché Leclerc de 4 000 m², d’un magasin de bricolage de 5200 m², d’un magasin d’équipement de la personne de 1 000 m² et d’un magasin d’équipement de la maison de 1000m², ainsi que d’une galerie commerciale de 500 m². « Pourtant, nous avions obtenu quatre permis de construire sur les cinq et nous avions travaillé en étroite collaboration avec la Dréal.

L’ensemble des préconisations ont été intégrées dans le dossier… Nous allons nous pencher sur les « considérant » qui ont conduit le Conseil d’Etat à annuler la décision de la CNAC du 16 février 2012. »

Le Conseil d’Etat évoque plusieurs points dans son compte-rendu et notamment « l’impact environnemental négatif de ce projet […] La réalisation de l’ensemble commercial projeté compromettrait les objectifs d’aménagement du territoire et de développement durable fixés par la loi. » Alain Casoni revient sur « l’Opération d’intérêt national programmée sur le périmètre. La population de Villerupt a besoin de ce service. Nous ne baisserons pas les bras. Serge Febvre, directeur de centres Leclerc et porteur du projet de Villerupt, a également appris la nouvelle, hier. Contacté par téléphone à plusieurs reprises, il n’a pas donné suite à nos appels.

 

 

 

123456

L'Atelier Radical |
Saisir le Présent, Construi... |
Parti Ouvrier Indépendant :... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | meimou
| Élite Algérienne Libre (E. ...
| va95