• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

Archive pour janvier, 2013

Historique des réactions du groupe EPA concernant le Leclerc

Tract  mars 2008      campagne électorale des élections  municipales

Octobre – novembre 2008                    Mosaïque  n°1   revue municipale

Projet « LECLERC» rejeté par la C.N.E.C (Commission nationale d’équipement commercial)

La conclusion de la C.N.E.C est implacable: « Surface de vente trop grande, projet non compatible avec les dispositions de la loi du 27 décembre 1973 », Rappelez-vous les promesses de campagne de M. le Maire: « NOUS PRENONS L’ ENGAGEMENT DE REUSSIR». Une promesse NON TENUE! Une INCAPACITE à présenter un nouveau projet susceptible d’aboutir. Quel dossier M. Le Maire a-t-il défendu à Paris le 21 Juillet 2008 ? Le même dossier qui a subi par deux fois un rejet de la C.N.E.C ? Nous nous interrogeons et attendons des réponses.

RL du mercredi 04 Février 2009     suite au Conseil Municipal du 2 février 2009

Le groupe Ensemble pour agir représentée par Véronique Guillotin a réagi tout de go, « nous sommes conscients de l’importance du développement des services sur le haut de la ville, mais nous souhaiterions alerter sur les conséquences de l’implantation de cette zone sur un site décentralisé. Notre groupe a été mis devant le fait accompli, une fois de plus il n’y a pas eu de concertation sur ce projet. » L’occasion pour Christiane Witwicki d’apprécier que la majorité se soit « ralliée à ce projet. Mais n’oublions pas pour autant le centre ville ! »

RL du 29 Novembre 2009        suite au recours du préfet

Manque de cohérence

Véronique Guillotin du groupe Ensemble pour agir estime que « nous n’avons pas à nous positionner sur la décision de la préfecture. Il faut lui laisser cette liberté de recours. […] Ne connaissant pas exactement quelles sont ses motivations, je peux simplement dire qu’il faut en prendre acte, les analyser et surtout ne pas les occulter pour foncer tête baissée dans ce projet. » Revenant sur l’avis défavorable émis par le commissaire-enquêteur au sujet de la révision du Plan d’occupation des sols, Véronique Guillotin pense que cela n’est pas anodin. « Cela veut bien dire que le projet n’est pas clair, pour nous il s’agit plutôt d’un projet d’agglomération. Et il manque une cohérence territoriale. »

L’élue de l’opposition ajoute : « l’opération d’intérêt national est une chance, il faut nous concentrer là-dessus et surtout ne pas faire l’amalgame entre un projet intercommunal et le commerce de proximité. Il faudrait déjà se pencher sur le manque de services dans la ville. »

RL du 09 Décembre 2009                         suite au Conseil Municipal  du 7 décembre 2009

L’opposition, par la voixde Joseph Sarnari, a profité de l’occasion pour égratigner le dossier. « Où est la notion d’équilibre là-dedans, au regard de l’implantation à Aumetz et de ce qui existe à Audun-le-Tiche ? Ces deux communes sont contre l’implantation du Leclerc. Ne faudrait-il pas plutôt privilégier le commerce de proximité sur cette zone ? Et faut-il s’obstiner quand il y a eu trois recours ? »

Décembre 2009        Mosaïque  N°4  revue municipale

Projet de zone commerciale

Nous sommes persuadés de la nécessité de développer commerces, services et animations sur le haut de la ville, toutefois le projet porté par la SARL VILDIS et CANTEBONNE nous semble surdimensionné au regard de la cohérence territoriale et du risque de désertification du centre-ville et de son attractivité.

RL du 28 Février 2010        suite à l’avis favorable de la CNAC (commission nationale d’aménagement commercial) 

Intérêt électoraliste

Véronique Guillotin et les membres du groupe Ensemble pour agir ont pris acte de la décision de la CNAC. « Je comprends la satisfaction d’une partie de la population, notamment celle habitant à Cantebonne, de voir ce projet en bonne voie d’aboutir. J’ai déjà manifesté à plusieurs reprises la position de mon groupe à ce sujet et je resterai vigilante quant à l’impact de ce projet sur le
développement économique, commercial de notre ville et par voie de conséquence son animation. » L’élue insiste sur « l’équilibre commercial entre le haut et le bas de la ville qui est une priorité. Je regrette avant tout que l’intérêt électoraliste ait pris le pas sur une réflexion qui manque de hauteur dans l’intérêt de notre ville et de notre territoire. »

Mars 2010        Mosaïque   N°5   revue municipale

Si cette OIN est une vraie chance, encore faut-il que la municipalité anticipe et accompagne avec volontarisme cette mutation. Notre ville doit prendre le pari de l’attractivité à travers des services renforcés, une politique urbaine de qualité,

Une activité commerciale dynamique et équilibrée, le respect de l’environnement, une ville animée qui véhicule une image positive projet qui aurait toutes les chances d’aboutir. Mais plutôt que de se ranger du côté de la raison, les élus de la Majorité s’obstinent et font fi de tous les avis (refus de la CDEC et CNEC, projet en contradiction avec l’enquête ISERCO, avis défavorable de la Directive Territoriale d’Aménagement des bassins houillers Nord Lorraine (22/10/09), des personnes publiques (25/8/09) et du commissaire enquêteur (28/10/09)). Ils portent la responsabilité d’un dossier mal géré, qui pénalise les habitants, et fait prendre du retard à notre ville.

Tract 20 décembre 2011

 

2. PROJET « LECLERC» RETARDÉ

 

Aux dernières nouvelles, un recours gagné par la concurrence retarde ce projet. Nous tenons à redire ce que nous avons toujours évoqué en matière de développement commercial:

- Nous devons tout mettre en œuvre pour respecter un équilibre des commerces de proximité et des services entre le centre-ville et le plateau de Cantebonne.

- Nous sommes pour développer à Cantebonne un projet commercial, en superficie adapté à la réalité villeruptienne.

- Nous sommes pour un projet évitant la consommation exagérée d’espaces agricoles, comme le préconisent les directives du grenelle 1 et 2 de l’environnement. Notre ville doit être exemplaire en termes de développement durable, de respect de l’environnement et rester ainsi en cohérence avec le label écocité.

- Dès 2008, nous avons proposé l’urbanisation de la place Joliot Curie  favorisant l’implantation de commerces et de services. Ce projet dynamiserait le coeur de Cantebonne et apporterait une
solution de taille humaine à ses habitants.

Nous sommes très favorables à une reconquête des friches industrielles en zone d’activité commerciale d’envergure intercommunale. Au carrefour d’Esch sur Alzette, de villerupt et d’Audun, à proximité de la future voie de contournement, un site idéal.

 

NOUS PROPOSONS UN PROJET COHÉRENT ET EQUILIBRÉ, QUI REPOND AUX BESOINS DE PROXIMITÉ ET EGALEMENT AUX BESOINS D’UN TERRITOIRE INTERCOMMUNAL. UN PROJET ECO- RESPONSABLE QUI VA BIEN AU DELA DE SEULE IMPLANTATION D’UN HYPERMARCHE. POUR CELA LESTRANSPORTS SONT PRIMORDIAUX ET NOUS DEMANDONS AU MAIRE DE METTRE TOUT EN. OEUVRE POUR BÂTIR UN RÉSEAU DE TRANSPORT EN COMMUN ADAPTÉ A l’ENSEMBLE DE LA POPUATION, JEUNES ET MOINS JEUNES QUI SOUHAITENT ACCÉDER AUX EQUIPEMENTS DU TERRITOIRE.

RL du 20/01/2013

Equilibrer l’offre

« C’est un immense gâchis ! Encore cinq ans de perdus ! , s’exclame Véronique Guillotin du groupe Ensemble pour agir.

Je mesure la déception des gens. Mais à plusieurs reprises, nous avions tiré la sonnette d’alarme, le maire ne nous a pas écoutés. On ne peut pas toujours dire que c’est la faute à pas de chance.

Nous nous sommes replongés dans l’étude Iserco qui disait qu’il fallait diversifier l’offre commerciale et que le haut de la ville avait besoin d’une surface commerciale, mais pas d’une aussi grande. Cette étude n’a pas été prise en compte. Le projet aurait dû être mené sur les friches.

Il y a un grand besoin d’équilibrer l’offre commerciale et s’occuper du haut de la ville qui doit être doté d’un circuit de transport, de commerces, de services. Il n’y a même pas de distribank à Cantebonne, on ne va pas attendre un Leclerc pour ça ! Et puis il y a la place Joliot-Curie à réorganiser. »

Véronique Guillotin va plus loin et estime que la zone commerciale aurait dû être portée « par l’intercommunalité, dont l’une des premières compétences est le développement économique. »

 

Zone commerciale : retour à la case départ

 

économie – le projet de villerupt-cantebonne retoqué         RL du 12/01/2013

 

 

Le Conseil d’Etat a annulé la décision de la CNAC qui validait la construction d’une zone commerciale à Villerupt-Cantebonne.

 

On ne pourra pas dire que l’année 2013 débute sous les meilleurs auspices à Villerupt. Le Conseil d’Etat a décidé de retoquer la décision de la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC), qui avait validé le projet de zone commerciale à Villerupt-Cantebonne, en février 2012.

Autant dire que la nouvelle a fait l’effet d’une bombe puisque ni le maire et conseiller général Alain Casoni, ni le porteur du projet Serge Febvre n’étaient au courant. « Nous savions que le Conseil d’Etat devait analyser un recours en décembre, assure le maire de Villerupt. J’avais demandé à mes services d’être vigilants et de m’informer dès que l’information tomberait.

Mais nous n’avons rien eu, vous me l’apprenez… Cette décision est difficilement compréhensible. Ce sont pratiquement 200 emplois qui tombent à l’eau, alors que le secteur en a bien besoin. » La zone commerciale de 11 700 m² devait être composée d’un hypermarché Leclerc de 4 000 m², d’un magasin de bricolage de 5200 m², d’un magasin d’équipement de la personne de 1 000 m² et d’un magasin d’équipement de la maison de 1000m², ainsi que d’une galerie commerciale de 500 m². « Pourtant, nous avions obtenu quatre permis de construire sur les cinq et nous avions travaillé en étroite collaboration avec la Dréal.

L’ensemble des préconisations ont été intégrées dans le dossier… Nous allons nous pencher sur les « considérant » qui ont conduit le Conseil d’Etat à annuler la décision de la CNAC du 16 février 2012. »

Le Conseil d’Etat évoque plusieurs points dans son compte-rendu et notamment « l’impact environnemental négatif de ce projet […] La réalisation de l’ensemble commercial projeté compromettrait les objectifs d’aménagement du territoire et de développement durable fixés par la loi. » Alain Casoni revient sur « l’Opération d’intérêt national programmée sur le périmètre. La population de Villerupt a besoin de ce service. Nous ne baisserons pas les bras. Serge Febvre, directeur de centres Leclerc et porteur du projet de Villerupt, a également appris la nouvelle, hier. Contacté par téléphone à plusieurs reprises, il n’a pas donné suite à nos appels.

 

 

 

L'Atelier Radical |
Saisir le Présent, Construi... |
Parti Ouvrier Indépendant :... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | meimou
| Élite Algérienne Libre (E. ...
| va95