• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 6 février 2013

Archive pour le 6 février, 2013

conseil municipal de villerupt

RL 06/02/2013

Les élus villeruptiens se sont penchés sur le projet de zone de développement éolien porté par la com’com du Pays Audunois. L’assemblée s’est prononcée en défaveur de la partie qui touchera le plateau de Bréhain et Cantebonne.

Projet de ZDE : les élus ont rendu un avis défavorable en conseil municipal.

Voilà un projet de développement éolien qui divise dans le Pays-Haut. Surtout les élus duconseil municipal villeruptien qui devaient se prononcer lundi soir sur le sujet.

 Explications.

1- Le projet

La communauté de communes du Pays Audunois et la commune de Tiercelet ont transmis il y a quelques mois à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dréal), une proposition de zone de développement éolien. Celle-ci est constituée de deux secteurs. Le premier concerne les communes de Bréhain-la-Ville, Tiercelet, tandis que le second touchera Audun-le-Roman, Beuvillers et Sancy. Une société d’économie mixte, la Sodeger a été créée en 2011 pour porter le projet. Le dossier est actuellement en cours d’instruction et l’une des phases est la consultation des territoires limitrophes, comme la Ville de Villerupt qui doit se prononcer avant le 21 février prochain. Sept éoliennes devraient être implantées sur le plateau de Bréhain.

2- La situation

Une réunion publique a été programmée le 25 janvier à Villerupt, afin de donner la parole aux différents acteurs. Si Daniel Matergia, président de la communauté de communes du Pays Audunois a défendu bec et ongles ce projet, l’association de défense de l’environnement à Tiercelet (Adet 54) a vivement exprimé son opposition, estimant que les éoliennes seraient trop proches des habitations et en insistant sur le manque des informations données à la population. L’association a également évoqué les nuisances sonores, l’impact négatif sur le paysage, la dévalorisation des habitations et les dangers possibles sur la santé. À noter, que voyant la tension monter au sein de la population, la Ville de Tiercelet s’est purement et simplement retirée du projet.

À l’issue de cette réunion publique, Alain Casoni, maire- conseiller général de Villerupt et sa majorité avaient décidé de donner un avis favorable au projet sous réserve de porter la distance minimale des éoliennes à 1 km du ban communal.

3- Le temps de la réflexion ?

Visiblement le week-end aura porté conseil et l’opposition des habitants de Cantebonne au dossier aussi… puisqu’une délibération corrigée a été présentée sur table, lundi soir lors de

l’assemblée des élus. Richard Casinelli, adjoint délégué au développement durable a présenté la nouvelle version qui émet « un avis défavorable sur le secteur 1 (Bréhain-la-ville/Tiercelet) du projet de zone de développement éolien, porté par la Sodeger ».

4- Les réactions de l’opposition

• Christiane Witwicki, l’ancienne maire de Villerupt et porte-parole du groupe Pour un développement solidaire et durable a d’abord reproché à Alain Casoni de trouver cette délibération sur table « alors qu’elle aurait pu être envoyée par mail ». Et a ensuite avoué : « Nous ne sommes pas contre le développement éolien, mais ce projet nous laisse perplexes. Certes, cette ZDE n’est pas située sur le territoire de notre ville, les implantations sont prévues aujourd’hui à 1 000 mètres, les promoteurs partent d’un bon sentiment écologique, mais pourquoi venir sacrifier, par un quadrillage en règle, ce triangle situé entre Bréhain-la-Cour, Tiercelet et Cantebonne avec 7 éoliennes d’une hauteur d’une demi Tour Eiffel chacune !

Notre intérêt général ne coïncide pas avec leurs intérêts. Pourquoi venir plomber un plateau qui ne demande qu’à être une véritable vitrine commerciale le long de la RN 52. » L’élue et ses collègues ont voté contre ce projet de ZDE et pour la délibération présentée.

• Véronique Guillotin du groupe Ensemble pour agir s’est dite « satisfaite que la délibération ait été modifiée. Toutefois, nous aurions préféré que l’avis soit plus tranché et que les choses soient claires. La Dréal demande qu’on donne notre avis sur un projet et pas uniquement sur un secteur ». Bruno Guillotin a rappelé que son groupe « n’était pas hostile au développement éolien qui est une réponse aux problèmes énergétiques posés dans ce pays. Mais nous devons avoir une position plus claire car si le promoteur décide de déplacer un ou deux mats, on risque de se retrouver avec un secteur différent ». Véronique Guillotin a insisté sur l’importance de délibérer « pour défendre les intérêts du plateau de Cantebonne ».

5- Ce qu’en dit la majorité

Alain Casoni a justifié la présence de cette délib’posée sur table en début de conseil : « Entretemps, il y a eu des évolutions dont nous avions à tenir compte. Le débat a lieu ce soir. » S’adressant à Véronique Guillotin, le maire a campé sur ses positions, estimant que « la délibération est particulièrement claire. Le rapport présente deux secteurs dont un qui nous concerne directement. Au nom de quoi, on se prononcerait sur la partie qui ne nous concerne pas ? (NDLR : Boulange, Ottange, Sancy, Malavillers…) Par rapport au secteur 1, nous émettons un avis défavorable, on ne peut pas être plus clair que cela. Si on suivait votre raisonnement, la posture de Villerupt serait affaiblie. Vous n’optez que pour des décisions très politiques qui ne servent qu’à vous faire mousser. C’est le préfet qui devra donner suite à cette consultation ».

Un DOB et deux visions

« Personne n’a à gagner en dévalorisant en permanence l’image de la ville », a déclaré Alain Casoni.

Autre point chaud de ce conseil municipal : le Débat d’orientation budgétaire (DOB). Un exercice où les mots sont souvent durs, les réactions épidermiques et où majorité et oppositionne se font aucune concession.

Ligne de conduite

. « Ce DOB s’inscrit dans un contexte économique encore plus difficile et devra permettre, par une gestion toujours aussi rigoureuse, de poursuivre l’action entreprise depuis notre arrivée en responsabilité », a introduit Alain Casoni, maire et conseiller général de Villerupt, avant de détailler les objectifs 2013 : maîtriser les dépenses de fonctionnement, veiller à la qualité du service à rendre à la population, maîtriser l’endettement de la Ville, maintenir l’effort fiscal en n’augmentant pas les trois taux, continuer à soutenir les usagers, comme le développement de la Ville. L’élu a ensuite passé la parole à Martine Chillotti, adjointe aux finances qui a effectué un point chiffré sur 2012 et les prévisions 2013.

Les projets 2013

. Voici les pistes de travail de la majorité en 2013 : réhabilitation de la salle Roux, accompagnement de l’étude sur la future salle de spectacles, prolonger les efforts de mutualisation avec Thil, assurer le suivi du projet d’Ehpad, travaux dans les groupes scolaires, application de la réforme des rythmes scolaires, traversée de la ville axe Thil-Villerupt- Micheville, lotissement la Fosse au Chauffour, construction de logements avec MMH, entretien de la voirie, faire reconnaître une vocation intercommunale à certains équipements municipaux, construire à l’échelle de la ville, de la com’com, une réponse aux besoins de commerces sur Villerupt et le territoire.

Echec.

Joseph Sarnari, élu de l’opposition, n’a pu tirer qu’un « constat d’échec, à la lecture de ce DOB. Vous vous félicitez de l’amélioration des ratios, mais il ne faut pas oublier qu’elle s’est opérée grâce à une importante cession de patrimoine que vous n’aurez pas indéfiniment. » Le conseiller a regretté qu’il n’y ait eu « aucune création nouvelle. Villerupt reste une ville morte, heureusement que nous avons le festival. Vous avez écrit un projet de ville, mais vous n’avez pas agi. Deux projets majeurs n’ont pas été menés à terme. Est-ce dû à trop de politique, à l’immobilisme, à la mauvaise image de la ville, à une question de volonté ?

Prenons en exemple nos voisins mosellans, comme Thionville, Amnéville ou Audun-le-Tiche ! »

Rêve.

Pour Véronique Guillotin et les membres d’Ensemble pour agir, « il devient habituel et lassant de vous entendre ressasser la baisse des dotations de l’État, ce qui est un fait pour toutes les communes de France. Certaines s’en sortent mieux que nous. En ce qui concerne 2013, le seul projet structurant concerne la réhabilitation de la salle Roux et la réalisation d’un dojo. Heureusement, il n’y aura pas de 5e trimestre en 2013, ce qui aurait pu vous permettre de retarder ce projet promis depuis plus de quinze ans, initié en 2007 et maintes fois reporté. Les derniers recensements ont confirmé que Villerupt est la seule ville qui continue à perdre de la population. Les politiques successivement menées depuis de nombreuses années y sont sûrement pour quelque chose. Ce DOB qui vante l’amélioration des ratios, reste frileux, manque d’ambition et ne fait pas rêver. »

Attractivité.

Le maire Alain Casoni a pris la parole « après ce tableau effrayant de la ville !

Personne n’a à gagner en dévalorisant en permanence l’image de la ville. Rien, ne peut justifier ce genre de propos. Nous n’avons pas à rougir des investissements qui sont réalisés et qui permettent d’améliorer l’attractivité de la ville. Villerupt est accueillante, les choses bougent, évoluent. » L’élu est revenu sur le projet d’hôpital médico-gériatrique, « remis en cause par l’ARS. Vous avez peut-être des explications à ce sujet ? ». Et d’ajouter au sujet de la zone commerciale : « Pourquoi ce projet a-t-il été validé à plusieurs reprises et remis en cause par le Conseil d’État ? Il faut une sacrée dose de malhonnêteté pour accuser les élus de la ville. » Concernant les résultats du dernier recensement, Alain Casoni reproche à Véronique Guillotin sa vision partisane : « Ne pas voir que la perte d’une centaine d’habitants est due à la réhabilitation des blocs Riesa, c’est refuser de voir la réalité en face ! » Le maire a conclu sur les futures échéances électorales, qui motivent les déclarations de l’opposition. « C’est dommage que vous en soyez réduit à ce type d’expédients », a-t-il lancé. « Si je siège à ce conseil municipal, c’est parce que je crois en Villerupt et je pense que les choses sont possibles , a rétorqué Véronique Guillotin. Bien sûr que nous serons là en 2014 pour défendre nos idées. »

En silence

Le groupe de l’ancienne maire de Villerupt, Christiane Witwicki ne s’est pas prononcé sur le DOB. Une attitude qui a surpris l’équipe de Véronique Guillotin qui a parlé d’opposition silencieuse. « Pas du tout, a rétorqué Christiane Witwicki. Quand nous avons quelque chose à dire, on le dit. » Il semblerait que sur ce coup-là, le DOB de la majorité les ait laissés bouche bée.

Quid du crassier ?

Les élus ont décidé de retenir la société Scoriest pour la réhabilitation du site d’Aubrives. « Il est nécessaire de terrasser le site , a rappelé Richard Casinelli, adjoint au développement durable. Lors du chantier, des merlons anti-bruit seront dressés pour éviter des désagréments aux riverains. La société utilisera des concasseurs mobiles de faible puissance et au niveau des camions, il ne devrait pas y en avoir plus d’un passage par heure. Il sera question d’organiser une réunion avec les riverains pour leur présenter le chantier. »

Richard Casinelli, adjoint au développement durable est revenu sur les préconisations de l’État français en matière d’éoliennes. « En France, elles doivent se trouver à plus de 500 mètres des habitations, alors que dans les pays nordiques, comme la Norvège, les normes sont plus sévères, on parle de 2 km. Dans un domaine, où pour l’instant, nous n’avons pas de recul, il est préférable de prendre des précautions. Aujourd’hui, on est incapable de dire ce que sera un projet de zone éolienne dans vingt ans. »

 

L'Atelier Radical |
Saisir le Présent, Construi... |
Parti Ouvrier Indépendant :... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | meimou
| Élite Algérienne Libre (E. ...
| va95